Claudie Marcel-Dubois, pionnière de l’ethnomusicologie de la France

Samedi 8 février 20205 min

Claudie Marcel-Dubois, pionnière de l’ethnomusicologie de la France

L’ethnomusicologue Claudie Marcel-Dubois a arpenté la France pendant 40 ans, enregistreur à la main, pour collecter des musiques et chants de tradition orale. Des enquêtes de terrain riches aussi d’entretiens, de mise en valeur de langues régionales et d’histoires diverses.

Claudie Marcel-Dubois, pionnière de l'ethnomusicologie de la France
Claudie Marcel-Dubois enregistre la conteuse Euphrasie Pichon. Baraize, Indre, 1946. , © Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée

Elle s’appelle Claudie Marcel-Dubois, elle est morte le 1er février 1989 après avoir consacré sa vie à la musique, celle que l’on appelait folklorique et que l’on nomme traditionnelle aujourd’hui… 

Cet enregistrement date de 1939, il a été collecté en Basse-Bretagne lors d’une première enquête qui marque le début d’une longue histoire, celle de l’ethnomusicologie en France, celle de l’ethnomusicologie de la France. Deux ans plus tôt, le musée des arts et traditions populaires est créé à Paris. Claudie Marcel-Dubois devient la responsable du programme musicologique de cet établissement. 

Une autre femme la rejoint dans cette aventure : Maguy Pichonnet-Andral. Et toutes les deux deviennent donc des pionnières…Munies d’enregistreurs, de carnets et d’appareils photos, elles arpentent le territoire français et elles collectent… des sons, des chants, des musiques, des témoignages, des histoires… Claudie Marcel-Dubois et Maguy Pichonnet-Andral sont les premières chercheuses à réaliser ce genre d’enquêtes ethnomusicologiques en France.à réécouterémission19/04/2015Carnet de voyageUne ethnomusicologie de la France : entre mémoire et histoire

A partir de 1946 et pendant presque 40 ans, ces deux ethnomusicologues vont enregistrer un immense corpus de musiques de tradition orale françaises. Claudie Marcel-Dubois s’intéresse aussi aux instruments de musique. 

Elle les enregistre bien sûr, mais elle cherche aussi à comprendre leur utilisation et leur fabrication. En 1956, elle se rend dans les Hautes-Pyrénées, à Campistrous, et collecte un enregistrement sur la confection d’une anche simple à partir d’une plume d’oie. 

Conserver les langues régionales

Au-delà de la musique, le travail de Claudie Marcel-Dubois et de Maguy Andral permet aussi de conserver, de garder une trace des langues régionales, et puis d’autres langues un peu plus particulières comme celle des siffleurs de la vallée d’Aas dans les Pyrénées-Atlantiques dans les années 60. 

Autant de documents précieux, tellement précieux que Claudie Marcel-Dubois et Maguy Andral ont suscité quelques polémiques (lire l’article de François Gasnault et MArie-Barbara Le Gonidec sur le sujet) notamment en conservant leurs recherches, en les gardant privées. 

Depuis, ces enregistrements restent encore peu accessibles… Mais plus pour longtemps grâce à un projet intitulé _Les Réveillés. U_n projet mené par l’ethnomusicologue Marie-Barbara Le Gonidec, l’historien François Gasnault et la documentaliste Florence Neveux. Tous les trois veulent mettre en ligne les quelques 100 000 documents collectés à travers les enquêtes de ces deux figures de l’ethnomusicologie en France. à lire aussiarticle01/03/2019Un projet pour réveiller les musiques de la France rurale des années 1930 à 1980

Crédits dans l’ordre d’apparition :

  • Enregistrement du département d’ethnomusicologie du MNATP, inventaire n°1953.7.9, 24 juin 1953, Ile-de-Batz (Finistère), Claudie Marcel-Dubois s’entretien avec Yves Bellec sur les chants de marins. Archives nationales/Mucem. 
  • Cet extrait sonore permet d’entendre la voix de Claudie Marcel-Dubois questionnant Joseph Prat sur la fabrication d’une anche simple à partir d’une plume d’oie.
    Campistrous (Hautes-Pyrénées), 28 mars 1956. Archives nationales 20130007/16 (N° d’inventaire MNATP 1956.3.59)
  • Entretien avec Pierre Soustrade et Jean-Pierre Carrère-Poey sur le langage sifflé en usage en vallée d’Aas. Ce langage se base sur l’occitan béarnais, et non sur le français, comme les informateurs le font comprendre à Claudie Marcel-Dubois et Maguy Andral.
    Eaux-Bonnes (Pyrénées-Atlantiques), 25 septembre 1963.

Merci aux Archives Nationales pour la diffusion des enregistrements dans cette chronique-L’équipe de l’émission :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.