Mois : août 2016

Dr. TRAN QUANG HAI : LE CHANT DIPHONIQUE

LE CHANT DIPHONIQUE

Dr. TRAN QUANG HAI

vlcsnap-2016-07-18-16h03m00s543

Issu de cinq générations de musiciens vietnamiens, Trân Quang Hai est considéré comme le plus grand spécialiste mondial du chant diphonique (communément appelé chant « harmonique »). Conférencier, chanteur, compositeur (il joue de plus de 15 instruments), Trân Quang Hai est chercheur au CNRS et au Départemen9t d’ethnomusicologie du Musée de l’Homme à Paris

tqh sonagraph

Tran Quang Hai et le sonagraph

tqh spectre

Tran Quang Hai chante avec les harmoniques.

C’est en 1969 que j’ai « découvert » le chant diphonique, grâce à un document sonore rapporté de Mongolie par Roberte Hamayon. Comme son nom l’indique, ce chant se caractérise par l’émission conjointe de deux sons : l’un di « son fondamental » ou « bourdon », est tenu à la même hauteur tout le temps d’une expiration pendant que l’autre, dit « harmonique » (l’un des harmoniques naturels du son fondamental) varie au gré du chanteur. En d’autres termes, la personne chante à deux voix simultanément. La technique du chant diphonique est répandue chez les Mongols, Touvqs, Khakash, Bachkirs, Altaiens en Haute Asie et à un moindre degré chez lesRajasthanais d’Inde, les Xhosas d’Afrique du Sud et les moines tibétains des monastères Gyütö et Gyüme.

sundui

Célèbre chanteur mongol SUNDUI

tserendavaa.jpg

grand chanteur mongol TSERENDAVAA

Les Mongols maîtrisent 6 techniques différentes de chant diphonique. D.Sundui, le meilleur chanteur diphonique mongol, possédant une technique de vibrato et une puissance harmonique exceptionnelle, a été enregistré à de nombreuses reprises. Un autre chanteur, Tserendavaa, commence à faire parler de lui en Occident. Chez les moines tibétains Gyütö et Gyümez, le chant diphonique des tantras (écritures bouddhiques) et des mantras (formules sacrées) se pratique régulièrement. Leur tradition remonte à un groupe maîtres indiens, le plus connu étant le yogi Padmasambhava, qui visitèrent le Tibet au 8ème siècle, et plus récemment, au fondateur des quatre courants du bouddhisme tibétain, Tzong Khapa. Tzong Khapa (1357-1419) aurait introduit le chant diphonique dans les monastères Gyütö. Il tenait, dit on, ce chant de sa divinité protectrice, Maha Bhairava qui, bien qu’étant une incaranation du Seigneur de la compassion, Avalokiteshvara, possédiat un esprit terrifiant . Le visage central de Maha Bhairava est celui d’un buffle en colère et ses 34 bras portent les 34 symboles des qualités nécessaires à la libération. Aujourd’hui encore, les maîtres de cette école aiment comparer leur chant au beuglement d’un taureau. Les moines Gyütö sortent un bourdon extrêmement grave et un harmonique 10 correspondant à la tierce majeure au dessus de la 3ème octave du bourdon, tandis que les mointes Gyüme produisent un bourdon grave et un harmonique 12 équivalant à la quinte au dessus de la 3ème octave du bourdon. On dit que le chant des premiers correspond à l’élément FEU , et celui des seconds à l’élément EAU .

 

Dans certains types de chants où l’émission des voyelles est très résonantielle , les chanteurs peuvent créer un deuxième formant non intentionnel ( le chant bouddhique japonais shomyo, certains chants bulgares, les chants polyphoniques d’Europe de l’Est), ou intentionnel (le phénomène quintina des chants sacrés de Sardaigne, la 5ème voix virtuelle résultant de la fusion des 4 voix produites ensemble). Il faut bien faire la distinction entre chant diphonique (créant une mélodie d’harmoniques) et chant à résonance harmonique (accompagné par moment d’effets d’harmoniques).

chant à 3 voix mongol

la 3ème voix se trouve à l’harmonique 18

Il a été dit qu’une troisième voix pouvait être produite et je l’ai effectivement constaté grâce aux sonagrammes sur les techniques touvines, mais il m’est impossible d’affirmer qu’elle soit contrôlée. A mon avis, cette voix supplémentaire résulte plus de la personnalité de l’exécutant que d’une technique particulière. A cette occasion je peux établir entre chant diphonique et guimbarde, fondés sur les mêmes principes d’émission sonore, par le résonateur que constiue la cavité buccale humaine dont on modifie les dimensions. Pour la guimbarde, c’est la lame vibrante qui attaque le résonateur. Pour le chant diphonique, les cordes vocales sont ajustées sur des hauteurs différentes, ce qui crée plusieurs fondamentaux, donc plusieurs séries d’harmoniques. La guimbarde produit comme le chant diphonique plusieurs « voix » différentes : le bourdon, le chant et le contre chant. Je pourrais considérer la troisième voix comme un contre chant, qui peut être délibéré, mais sans doute non contrôlé.

Mécanismes de production du chant diphonique : il est toujours très difficile de connaître ce qui se passe à l’intérieur d’une machine lorsque , placé à l’extérieur, on n’en reçoit que des émanations. Tel est le cas de l’appareil phonatoire. Ce qui va en être dit est très schématique et ne peut être pris au pied de la lettre. Un résonateur est une cavité munie d’un col pouvant résonner dans un certain domaine de fréquences. Le système excitateur, donc le pharynx et les cordes vocales, émet un spectre harmonique. Les fréquences F1, F2, F3, F4…. , de résonateurs qui choisissent et amplifient certaines fréquences. Le choix dépend de l’habileté du chanteur et l’amplification dépend du volume de la cavité, de la section de l’ouverture et de la longueur du col constituant l’ouverture. D’où l’influence de la taille de la cavité buccale, de l’ouverture de la bouche, de la position des lèvres sur le chant . Mais ceci ne donne pas un chant diphonique. En effet, il y faut deux voix. Le bourdon, la première, intense à l’émission, ne subit pas le filtrage des résonateurs. Son intensité, supérieure à celle des harmoniques, lui permet de survivre grâce à un rayonnement buccal et nasal , et j’ai constaté, en fermant la cavité nasale, que le bourdon diminuant en intensité. Seul le couplage entre plusieurs cavités d’avoir le formant permet d’avoir le formant aigu qu’exige le chant diphonique

demetrio stratos

Demetrio Stratos

david hykes

David Hykes

 

 

jill purce.jpg

Ill Purce

De nombreux chanteurs ou compositeurs et parmi eux Demetrio Stratos, David Hykes, Michael Vetter, Sarah Hopkins,  Rachele, etc… ont introduit le chant diphonique dans la musique contemporaine, que ce soit en musique électro acoustique, en musique improvisée, en musique d’inspiration byzantine ou grégorienne, en musique méditative, en musique new age,jazz, rap, etc…Le chant diphonique représente également un nouvel outil thérapeutique, utilisé par des musicothérapeutes comme Jill Purce en Angleterre ou Dominique Bertrand en France ; mais je suis le seul à communiquer, lors des congrès internationaux les résultats de mes recherches effectuées par des moyens fibroscopiques, stroxoscopiques et laryngoscopiques, complétés par des analyses spectrales sur le Sonagraph. Jill Purce travaille auprès de personnes qui bégaient, qui éprouvent des sensations de blocage dans la gorge ou sont ,  par leur propre voix, ou qui souffrent d’inhibition, de troubles respiratoires, d’anxiété, de fatigue. J’ai pour ma part mis au point d’une méthode d’accompagnement à la naissance par laquelle les parturientes combinent la production harmonique et la force prolongée du souffle et, grâce à a concentration , oublient la douleur physique. La fusion harmonique du chant de la mère et du premier cri du bébé provoque une nouvelle sensation, inconnue jusqu’alors. Mais il me faut poursuivre mes recherches pour confirmer ou infirmer l’efficacité du chant diphonique dans ce domaine.

Il est certain que le chant diphonique s’associe au yoga, aux médecines douces, à la méditation, à la relaxation. Ses principaux effets concernent avant tout la concentration et l’équilibre spychologique car, pour des raisons techniques, il réclame une grande attention.

tran quang hai enseigne le chant diphonique

Tran Quang Hai enseigne le chant diphonique

De plus, le chanteur talentueux peut coordonner la structure musicale avec les forces énergétiques, la puissance vibratoire de l’œuvre. Chaque voyelle maîtrisée se trouve en relation sur le plan physique avec l’organe correspondant et, sur le plan subtil,avec un harmonique émis. Le souffle amène la pensée et l’intention aide à la libération. La connaissance des harmoniques engage l’être et le sens vers le polissage thérapeutique des certitudes les plus profonces. Quang l’harmonie émerge puis s’épanouit, le nettoyage de l’inconscient peut commencer. Le chant diphonique envoie les uns « au septième ciel »et plonge les autres au cœur du mystère musical, en ce lieu où les cordes sonores pénètrent le secret de la naissance de l’univers. Il est certain que la sonorité vibtratoire des harmoniques engendre un adoucissement de l’âme , par une transmission bénéfique de forces pacifiantes.

 

Pour en savoir plus :

2 sites : http://haidiphonie.wordpress.com

http://tranquanghai.com

Nota bene :

En 1989, Hugo Zemp, Directeur de recherche au CNRS, a consacré un film intitulé « le chant des harmoniques » avec Tran Quang Hai comme co-auteur et interprète principal. Ce film montre la technique, du point de vue articulatoire et spectral, des chanteurs de Mongolie, du Rajasthan, d’Afrique du Sud, du Tibet et du Touva. Il a reçu à ce jour 4 « Prix internationaux »

REALISATON DU CHANT DIPHONIQUE

 

Applique « la recette » suivante :

1.Chanter avec la voix de gorge

2.Prononcer « L ». Dès que la pointe de la langue touche le centre de la voûte palatine, maintenir la position

3.Prononcer ensuite « U » toujours la pointe de la langue collée fermement contre le point de fixation entre palais dur et palais mou

4.Pendant le chant, contracter les muscles du cou et de l’abdomen, comme pour soulever un objet très lourd.

5.Donner un timbre très nasalisé en l’amplifiant à travers les fosses nasales

6.Prononcer ensuite « I » et « U » (ou O et A) liées mais alternées l’une après l’autre plusieurs fois

  1. Ainsi sont obtenus et le bourdon et les harmoniques en pente ascendante et descendante selon le désir du chanteur. On varie la position des lèvres ou de la langue pour moduler la mélodie. Une forte concentration musculaire augmente la clarté harmonique .

 

Extrait l’article dans la revue SCIENCE et CONSCIENCE , no 2, Automne 2001, dossier Le souffle / Je respire donc je suis

Tran Quang Hai : Le chant diphonique, in Revue Science et Conscience, no 2, pp.42-44, automne 2001, Paris .

Le film « LE CHANT DES HARMONIQUES », 38 minutes, couleur, réalisé par Hugo Zemp, avec Tran Quang Hai comme co auteur et principal interprète du film, produit par CNRS Audio Visuel, 1989, Paris

TQH-chant-des-harmoniques

 

 

 

 

TRAN QUANG HAI will participate in the 12th International Voice Symposium in Salzburg 2016. (a paper, a performance, and a workshop), Salzburg, Austria, 26-28 August 2016

TRAN QUANG HAI will participate in the 12th International Voice Symposium in Salzburg 2016. (a paper, a performance, and a workshop), Salzburg, Austria, 26-28 August 2016

TRẦN QUANG HẢI tham dự hội nghị quốc tế lần thứ 12 về Giọng tại tỉnh Salzburg, Áo quốc, từ 26 tới 28 tháng 8, 2016

voice symposium 2016 salzburg austria

Brain &Voice : 12th International Voice Symposium Salzburg, AUSTRIA

BRAIN & VOICE
Friday, 26 August – Sunday 28 August 2016

Saturday , August 27th 2016
08.00 – 08.15
Opening Ceremony, Overtone Performance: Tran Quang Hai and Anna-Maria Hefele
Dr. Helga Rabl-Stadler President of Salzburg Festival, Prof. Dr. Robert Thayer Sataloff,
Marianne Spiecker-Henke, Josef Schlömicher-Thier

Sunday , August 28th 2016
10.15 – 11.00
Round Table
Neuro-physiologic and Emotional Aspects of Voicing, Chairperson: Krzysztof Izdebski
Philippe Dejonckere,
The Physiology of Inspiratory Singing
Tran Quang Hai,
Overtones and Undertones in Mongolian Throat Singing
Anna-Maria Hefele
„Sound and Formant Movement in Western Overtone Singing Technique“
Krzysztof Izdebski,
Spasmodic Dysphonia: Diagnosis, Treatment Options and Problems: Review of nearly 1000 cases

12.10 – 12.55
Workshop
Tran Quang Hai and Anna-Maria Hefele, Jew’s harp playing and Overtone singing

20 year Anniversary Austrian Voice Institute

12th International Voice Symposium Salzburg 2016
Brain & Voice
Keynotes – Panels – Workshops – Free Papers
26 – 28th of August 2016

=============================================

Honorary President
Marianne Spiecker-Henke & Robert Thayer Sataloff
Honorary Board
Vesselina Kasarova, Helga Rabl-Stadler, Markus
Hinterhäuser, Michael Schade, Peter Simonischek
Antoinette am Zehnhoff-Dinnesen
– Union of the European Phoniatricians (UEP)
Markus Hess
– Collegium Medicorum Theatri, Pan European Voice Conference
Manuel Pais-Clemente,
World Voice Consortium (WVC)
Krzysztof Izdebski
– Pacific Voice and Speech Foundation (PVSF)
Christiane Neuschaefer-Rube
– European Academy of Phoniatrics (EAP)
Heinrich Schmidinger
– Rektor Paris Lodron Universität
Hans Edmund Eckel
– Österreichische HNO-Gesellschaft
Scientific Coordination: Markus Hess
Preliminary Faculty:
Abitbol Jean (F), Bernatzky Günther (A), Bohlender
Jörg Edgar (CH), Brehmer Detlef (D), Chavez Eugenia (MEX), Cukic Ognjen (SRB), Denizioglu Ilter (TR)
Dejonckere Philippe (B), Diaz Mario (A) G, Fisch-bacher Arno (A),Fussi Franco (I),aki Hermina (GR), Georgiou Sofia (GR),
Grooten Heleen (NL), Haupt Evamarie (D), Hadzibegovic Ana Danic (HR),Hefele Anna-Maria (D), Herrmann Ingo (D),
Hess Markus (D), Izdebski Kryzsztof (USA), Kirchner Barbara (A),Kirchner Bodo (A), Kleber Boris (D),
Koutsoumpaki Elpida (GR), Lackner Rudolf (A), Lieberman Jacob (UK), Lindestad Per Åke (S), Michel Florian (D),
Neumann Katrin (D), Osipenko Ekaterina (RUS),
Popeil Lisa (USA), Richter Bernhard (D), Rubin John (GB), Sataloff Bob (USA), Schlömicher-Thier Josef (A),
Spahn Claudia (D), Tran Quang Hai (F), Verdolini
Abbot Katherine (USA), Weikert Matthias (D),
Wohlt Gerrith (D), Woo Peak (USA), Zalvan Craig (USA)
Konferenzzentrum Heffterhof Salzburg
Maria-Cebotari-Straße
1 – 7, 5020
Salzburg, Austria
congress language: english
Info / Registration / Call for Papers: www.voicesymposium.com

Photo de Tran Quang Hai.
Photo de Tran Quang Hai.
Photo de Tran Quang Hai.
Dr. JOSEF SCHLÖMICHER THIER (organizer of the Symposium)
Photo de Tran Quang Hai.
ANNA MARIA HEFELE
Photo de Tran Quang Hai.
ANNA MARIA HEFELE & TRAN QUANG HAI , in TAUCHA , GERMANY, 2014

TRAN QUANG HAI ‘s performance at Ancient Trance Festival , TAUCHA, GERMANY, August 13th 2016

13987513_10206592177335769_2989228344357461058_o20160813_175815.jpg20160813_175811.jpg14068511_10206592176015736_1638331091351894531_o.jpg20160813_172652.jpg13987494_10206592176615751_6242798390932051105_o.jpg13939358_10206592175135714_6594257389282283419_n.jpg

TRAN QUANG HAI at ANCIENT TRANCE FESTIVAL during his performance on Saturday August 13th 2016, TAUCHA, GERMANY, 13rd August 2016 .
TRẦN QUANG HẢI trình diễn tại lễ hội Ancient Trance Festival ngày 13 tháng 8, 2016, TAUCHA, ĐỨC,
Many thanks to Barbara Kolditz and Axel Hebenstreit for beautiful pictures .

Trân Quang Hai, le grand maître du chant diphonique, est en ville!

chant-dipho-tqh

En 1969, il « découvre » le chant diphonique grâce à un enregistrement sonore rapporté de Mongolie. Il s’émerveille. Sa curiosité l’emporte : il s’essaye, il s’acharne. Tout seul dans sa voiture, sous la douche, loin des voisins, il retrouve cette technique vocale millénaire qui permet de produire deux sons vocaux à la fois. Oui, oui, vous avez bien lu : deux notes avec sa seule et unique voix.

Depuis plus de trente ans, il est devenu le spécialiste mondial du chant diphonique.

Savant, fantaisiste, sympathique, joyeux, il a fait plusieurs fois tour du monde, invité à de nombreux festivals, colloques et symposiums. Il sait tout sur les chants de gorge de Mongolie, de Touva, du Tibet, du Nunavik, d’Afrique du Sud et d’ailleurs…

Docteur en ethnomusicologie, il est aussi simple qu’érudit, aussi touchant que surprenant, et vibrant autant qu’on peut l’être quand on fait vibrer deux notes à la fois!

Recherché par les chaînes de télévision et de radio, il aime aussi atteindre le grand public directement sur scène. Sa présence séduit et son art vocal étonne. Et vous ne l’avez pas encore entendu aux cuillères ou à la guimbarde! Attachez vos tuques ! Il est époustouflant.

Il cumule des talents de musicien, de chanteur, de communicateur, de chercheur et de pédagogue.

De passage à Montréal à l’invitation de son élève Bernard Dubreuil, il va donner deux ateliers à ne surtout pas rater !

Samedi 25 mai (débutants)
10:00-16:30
Le Belgo, studio 310, 372 Ste Catherine Ouest, Montréal

Dimanche 26 mai (avancés)
10:00-16:30
410 rue St Nicolas, suite 200 (coin St-Paul ouest)
dans le Vieux Montréal, (métro Place d’Armes)

À des milliers et des milliers de gens, du Brésil aux États-Unis en passant par l’Europe et l’Asie, il a montré que le chant diphonique était une technique vocale facile à acquérir, développant la voix, le souffle, l’oreille et même la bonne humeur!

Contact : Bernard Dubreuil, 514 285-2050, info@chantdegorge.com

[revenir au haut de la page]

Atelier pour les débutants, samedi 25 mai.
Le Belgo, studio 310, 372 St Catherine ouest,
10:00-16:30, Montréal.
Paiement sur place : 80$ cash par personne.

Tran Quang Hai présente d’abord les différentes formes de chants diphoniques dans le monde : Touva, Mongolie, Tibet, femmes Inuit, femmes Xhosa, etc. Il fait entendre des extraits tirés du livret CD Les voix du monde, qu’il a préparé avec Hugo Zemp, Bernard Lortat-Jacob et d’autres de ses collègues du CNRS, publié en 1996. Une très belle anthologie !

Il explique ce que sont les harmoniques et donne plusieurs exemples d’instruments de musique avec lesquels on utilise uniquement des harmoniques pour faire des mélodies : guimbarde, didgeridoo, etc. Son numéro de guimbarde est étonnant!

Il montre bien qu’il y a des harmoniques dans tous les sons musicaux … et donc aussi dans la voix.

Oui mais :
1) comment les amplifier pour qu’on puisse bien les entendre ?
2) et comment les faire varier pour qu’on puisse produire des mélodies ?

Tout l’atelier va servir de réponse à ces deux questions de fond.

Le matin

Le matin Tran Quang Hai fait faire toutes sortes d’exercices pour délier le corps, la langue, les lèvres, le larynx etc., qui vont servir à préparer la voix pour l’amplification des harmoniques. Tout le travail du matin porte sur les différentes manières de provoquer cette amplification tant recherchée, si étonnante dans la voix des nomades chanteurs de Touva et de Mongolie.

À la fin de la matinée, tout le monde entend 3 à 7 harmoniques dans sa voix. À ce stade, elles sont présentes et audibles, mais pas encore bien distinctes. On a tendance à les faire entendre les uns après les autres, sans pouvoir s’arrêter volontairement sur tel harmonique plutôt que sur tel autre. On fait comme un  »slide » au trombone…

Mais on est prêt pour l’étape suivante : apprendre à les contrôler. C’est le travail de l’après midi.

L’après-midi

Après un repas pris rapidement dans le quartier (une heure de pause), l’atelier reprend par une série d’exercices pour bouger avec plus de précision sa langue ou ses lèvres, afin de mieux contrôler l’harmonique que l’on fait entendre. Beaucoup d’attention est portée à la posture et à la respiration.

Maître Tran Quang Hai va vous révéler ses secrets pour faciliter le contrôle, pour passer d’un harmonique à l’autre volontairement et non pas involontairement, comme on le fait le matin… C’est que sa vaste expérience est une ressource incomparable. Il a vu des milliers de gens avec des voix bien différentes… et il a trouvé ce qui convient à tous et à toutes.

Il vous montrera aussi que l’on peut chanter une note, faire varier les harmoniques de cette note, puis chanter une autre note et faire varier les harmoniques de cette note là. C’est beau comme tout! On à l’impression de partir en voyage… Toute une cascade d’arpèges. Ça vibre, ça chatouille la moelle, je vous dis pas le plaisir!

Parfois on chante ensemble, parfois il fait travailler les personnes présentes l’une après l’autre. Parfois il les fait travailler en couple. Je vais l’assister dans cette tâche pour que chacun puisse recevoir une attention individuelle.

Tout cela se fait dans la plus grande bonne humeur. Je ne sais pas comment il fait, mais il donne confiance à chacun !

Ne vous attendez pas à chanter  »À la claire fontaine » avec vos harmoniques à la fin de l’après-midi, ce serait trop en demander. Mais vous pourrez faire entendre un arpège et déjà vous étonner vous-mêmes !

Les trente dernières minutes seront consacrées à un petit concert auquel vous pourrez participer. Ce sera votre premier concert de chant diphonique !

[revenir au haut de la page]

Atelier pour niveau avancé, Dimanche 26 mai.
410 rue St Nicolas, suite 200 (coin St-Paul ouest)
dans le Vieux Montréal, (métro Place d’Armes)
Paiement sur place : 80$ cash par personne.

Contenu

Vous avez déjà entendu des musiciens et chanteurs de Touva ( le groupe Huun Huur Tu ? Shu-de? Chirgilchin ?) ou de Mongolie (Tserendavaa ? Gambold ? Sunduï? ) ou des moines tibétains de passage à Montréal ( Monastère de Gyüto ? De Drepung Loseling?), bref vous êtes une des rares personnes à savoir que les notes chantées sont pleines d’harmoniques et que l’on peut amplifier ces harmoniques à volonté et faire varier pour produire des mélodies.

Si ça se trouve, vous avez déjà suivi un atelier avec moi et vous avez aimé ça ! Vous connaissez les styles de base, le Sygyt et le Karguiraa. En tout cas, ces  »sons quoi sont dans les sons » vous sont rentrés dans le cœur et dans le corps et … vous voulez aller plus loin. Ça tombe bien!

Vous vous êtes pratiqué un peu, beaucoup, mais tout seul, et tout seul c’est difficile et vous voulez un avis expérimenté, un petit boost, bref un conseil de Maître, donné avec attention et compassion. Vous tombez encore bien !

Le matin

Le matin Tran Quang Hai prend contact avec vos voix. Il établi avec vous vos atouts et vos objectifs :
Qu’est ce que vous voulez travailler en particulier ?
Est-ce que vous voulez être encore plus sélectif, plus précis, faire des harmoniques plus clairs ET plus sonores ( vous voulez la totale autrement dit…) ?
Est-ce surtout votre amplification que vous ne trouvez pas encore satisfaisante ?
Est-ce qu’il vous manque des harmoniques aiguës (du coté de H10, H12) sur certaines notes fondamentales ? Comment faire pour les  »attraper » ?
Est-ce que vous voulez travailler une mélodie particulière que vous avez trouvée sur un CD et que vous avez amenée avec vous ?
Est-ce que vous voulez travailler le Chylandyk, cette combinaison de Karguiraa (avec une sous-note basse) et de Sygyt (avec des harmoniques aigus) ?
Est-ce que vous voulez présenter une chanson sur laquelle vous avez déjà travaillé ?

Une fois fait ce tour d’horizon sonore, Haï vous lance dans une série d’exercices d’échauffement. Il personnalise au maximum ses interventions. Vous constatez avec lui que vos voix sont différentes. Vous voyez que sa pédagogie s’adapte à vos forces et à vos faiblesses.

En général, tout le monde veut avoir des harmoniques plus clairs et plus forts. Donc il commence par cela et passe une bonne partie de la matinée sur le sujet.

Quelques objectifs particuliers sont traités également. Et c’est au bénéfice de tous.

Après une pause-repas d’une heure, l’atelier reprend.

Après-midi

L’après-midi, après une nouvelle séance d’échauffements, de posture et de respiration, il joue une mélodie à la guimbarde et demande à tous les volontaires de la reproduire. Allez-y jetez vous à l’eau, vous êtes venus pour cela! Dès fois ça marche bien, des fois c’est plus difficile… Mais il est là pour vous guider. C’est l’exercice de base pour le niveau avancé : entendre et reproduire une mélodie. Cela peut être 4 notes de suite seulement, ou toute un phrasé, cela dépend du niveau d’avancement de chacun. En tout cas le décor est bien posé : vous amplifiez vos harmoniques pour faire de la musique avec. Pas pour épater la galerie, mais pour vous faire plaisir, pour être créatif, pour chanter avec des musiciens…

Quand chacun à eu son tour, il commente, il explique, il donne des exemples avec sa voix et il donne une synthèse des moyens à employer pour :
1) identifier les harmoniques de la mélodie à reproduire
2) la reproduire avec musicalité et avec cœur.

Ah, passer de la technique pure à la présentation artistique d’une pièce, c’est là tout l’art du Maître et c’est cet art dont vous voulez vous approcher. Comme je vous comprends. Je serai avec vous, prêt à prendre moi aussi une bonne leçon.

La fin de l’après-midi se passe à traiter les autres objectifs spécifiques énoncés le matin.

On discute et on réunit le matériel sonore pour un concert avec tous les volontaires et, hop, on termine par 30 minutes de concert dans lequel les progrès de chacun des participants, croyez moi, seront déjà sensibles.

C’est pas beau ça! Avouez que vous n’avez jamais suivi un atelier comme cela ! Eh bien justement, c’est l’occasion … et une occasion à ne pas rater!

[revenir au haut de la page]

 

Tưởng niệm một năm ngày mất Cố GS Trần Văn Khê

Tưởng niệm một năm ngày mất Cố GS Trần Văn Khê

Published on Aug 13, 2016

Chương trình tổ chức ngày 22/6/2016, tại Vĩnh Kim Tiền Giang, quê nhà Cố GS Trần Văn Khê
Với sự góp mặt của GS Trần Quang Hải, con trai trưởng GS Trần Văn Khê.
– Bà Thế Thanh, Nhà báo, Nguyên Phó Giám đốc Sở Văn hoá Thông tin Tp.HCM
– Ông Nguyễn Đắc Xuân, nhà nghiên cứu văn hóa lịch sử Huế
– Bà Hồ Thị Hoàng Anh, nghệ nhân ẩm thực cung đình Huế
– Ông Sĩ Hoàng, nhà thiết kế, giám đốc bảo tàng áo dài
– Ông Lê Quốc Ân, Chủ tịch Liên đoàn vovinam Việt Nam, nguyên Chủ tịch Tập đoàn Dệt may Việt Nam
cùng các thân hữu, môn sinh, phóng viên và những người khác